jeudi 15 octobre 2015

La lutte contre le gaspillage alimentaire continue...


Coucou,

Ce n'est pas parce que je n'écris plus beaucoup, que je ne ne suis plus là. C'est juste que... j'ai trouvé du boulot, à plein temps, avec même un tas d'heures supplémentaires (non payées en majorité bien entendu !!).

Je crois toujours autant (et peut être même plus que jamais !) dans la nécessité d'économiser les ressources de notre petite planète adorée mais tellement malmenée.

Histoire de partager avec vous quelques nouvelles idées, voici des recettes toutes simples pour ne pas gâcher la nourriture :



Croûtons à l’ail (à faire toute l'année et surtout en période de potages comme maintenant ): 
Mixer ail et huile d’olive. Faire chauffer le mélange dans une poêle, y faire griller des tranches de pain rassis. Servir chaud avec une soupe.


Cake « aux restes du frigo » : La base du cake est toujours la même : de la farine, de la levure, des œufs et de l’huile d’olive. Après avoir obtenu un pâte lisse, on verse les ingrédients : crabe, olive, jambon, chèvre, raisin, poivre, roquefort … on peut tout y mettre.
Attention toutefois aux associations pour celles qui suivent les principes des indices glycémiques bas !
Ne pas gaspiller, n'implique pas non plus de faire n'importe quoi. Mais je sais que vous savez et je vous fais pleinement confiance ;-)


Brioche perdue (recette plutôt pour les enfants qui n'ont pas besoin de surveiller leur ligne,hihi) : Battre un œuf et un petit reste de lait. Couper de la brioche et tremper des grosses tranches dans le mélange, les faire revenir à la poêle avec du beurre ou un peu d'huile d'olive. Saupoudrer de sucre ou de fructose auquel j'ajoute toujours un peu de cannelle. Servez aussitôt.
Chez moi, il y a peu de chance qu'il reste une vieille brioche dans le placard. Parfois, nous nous forçons à faire vieillir un peu  de pain, juste pour le plaisir de faire cette recette qui est tout aussi excellente.

Crumble de ratatouille : 
Le crumble n’est pas seulement réservé au sucré. Vite, vite profitons des derniers légumes d'été du jardin pour réaliser cette délicieuse recette !
On remplace le sucre par la chapelure (qui peut se réaliser à partir de biscottes mixées mais aussi de vieux pain et c'est bien meilleur ! Je n'achète plus de chapelure depuis bien longtemps !!) , on y ajoute quelques graines de pavots et le tour est joué. Mélanger 45 g de beurre, 45 g de farine, 20 g de chapelure, 20 g de parmesan et des graines de pavots. Saler, poivrer. Déposer au fond d’un plat le reste de ratatouille, avec du laurier et du thym. Recouvrir de pâte à crumble. Enfourner 20 minutes.

 Je reviens sur la question de la chapelure !
Comme indiqué plus haut, je n'en achète plus depuis belle lurette. Depuis que je la réalise moi-même avec du pain sec, je trouve celle du magasin sans intérêt.
Il m'arrive aussi, pour les recettes à base de viande hachée panée, de mixer tout simplement diverses graines (lin, tournesol, courge, sésame, pavot, etc) que j'utilise par ailleurs pour la réalisation de mon pain notamment (lorsque je trouve le temps d'en faire, ce qui est moins évident en ce moment). Personnellement, cette solution offre tout le croustillant d'une panure à la chapelure mais avec un léger goût très agréable. 
Même les enfants n'y trouvent rien à redire.

Une petite dernière :

Chips aux épluchures : 
Bien laver la peau des légumes, puis plongez-les dans l’huile bouillante à 190°C pendant 20 minutes. Déposez-les dans un plat garni de papier absorbant et salez aussitôt, mais avec modération. (on peut faire la même chose avec des épluchures de pommes !).
La devise de la maison : rien ne se perd, tout se récupère !!! 


jeudi 11 juin 2015

Pour les fans de sacs, à voir absolument : les Sakananas...

Image result for claire lise backes
Claire-Lise Backes
Coucou !!!

Je vous avais déjà parlé de mon Amie Claire-Lise Backes et de ses toiles, véritables ode à la bonne humeur. Je ne sais pas pour vous, mais moi, rien que de voir ses œuvres vitaminées et j'ai la pêche immédiatement.

Pour mémoire :



Premier article paru sur ce blog à ce propos : http://lepetitmondedebidule.blogspot.fr/2014/01/histoire-de-nanas.html

Elle revient encore plus fort actuellement avec ses Sakananas, une première collection à tirage limité pleine de promesses et annonciatrice de jolies lignes à venir.

 
 
Vous connaissez le principe de mon blog, pas de pub déguisée comme c'est le cas chez de nombreuses consœurs qui se font offrir foule de produits pour en vanter les mérites.
 
Je ne parle que de mes véritables coups de cœurs, en toute sincérité. J'éprouve une grande amitié et beaucoup d'admiration pour Claire-Lise, certes, mais je peux certifier que si je n'aimais pas, je n'en parlerai pas !! Là, je suis raide dingue du concept qui consiste à faire sortir les toiles des galeries et de permettre au plus grand nombre de les admirer.
 
A priori, ces sacs sont vendus par l'artiste directement, et non en boutique comme je l'avais annoncé précédemment !
Si vous souhaitez en savoir plus, je vous invite à contacter directement Claire-Lise via son site. Vous trouverez le lien dans la colonne à gauche mais je vous le remets à tout hasard :
 
 
 
Dernière minute ! Claire-Lise m'informe à l'instant qu'elle ne manquera pas de vous faire de bon prix ET, chose extraordinaire (et tellement peu courante qu'il faut le souligner !!!), de vous offrir les frais d'expédition.
Parole d'Alsacienne ! Ce qui est dit, est dit !
 

Faites vite, car, ça c'est sûr !!, il n'y en aura pas pour tout le monde !!!

mardi 9 juin 2015

Le landau de la brocante est de retour pour de nouvelles aventures...

Voilà, tout est bien sec maintenant. Nous allons pouvoir passer au nœud du problème, à savoir, la rénovation de la capote...

N'étant pas couturière, il m'a fallu trouver des solutions pour reproduire la forme de la capote et permettre son pliage et dépliage. Je n'ai rien pu tirer du tissus en place auparavant puisqu'il était grossièrement cousu sur la structure.


Je me suis servie de papier de soie puis de restes de tapisserie pour essayer de réaliser un patron le plus proche de la réalité.


J'ai ensuite rassemblé tout les tissus et accessoires pouvant convenir...


lundi 8 juin 2015

Des nouvelles de mon landau de la brocante

Pour mémoire :

Etat initial à l'achat

Nous en étions resté à l'étape démontage mais depuis, les choses ont bien avancé... Je dirais même plus, le landau est entièrement rénové à ce jour.


Mais, je vais toutefois préserver une part de mystère en vous faisant vivre les différentes étapes ;-)

Après le démontage, il y a eu la phase réparation des trous... heu... en théorie !

 
Mon honnêteté m'oblige toutefois à révéler que la réalité a été quelque peu différente. Il vous suffira de bien regarder la photo pour vous en apercevoir... Eh lui, les roues sont en place !! ! Bien vu !
 
L'explication est très simple. Le petit landau étant en très mauvais état, j'ai un mal fou à démonter les roues. Elles ont toutefois fini par s'avouer vaincues (hihi, rien ne me résiste !!) mais pour ne pas perdre trop de temps, j'avais déjà entamé l'étape suivante.
 
Juste après le ponçage, il y a eu la phase de mise en peinture.
 

Pour la coque (à l'origine elle était probablement bleu/gris), j'ai choisi un reste de peinture de couleur alpaga.
Les roues ont été repeintes en argenté.

 
Pour le support de la capote (il était très abîmé par la rouille !), j'ai utilisé une peinture anti-rouille noir mat.
 
Il faut ensuite prévoir un temps de séchage... je serai de retour à la fin de celui ci !!!! ;-)
A bientôt

jeudi 4 juin 2015

Strasbourg


Hier, avec Zam, nous avons dû nous rendre à Strasbourg alors que le thermomètre affichait un joli 29,5° C.
J'aime beaucoup les soirées d'été en ville mais là, en pleine journée, la perspective de devoir prendre ma voiture pour monter sur Strasbourg, prendre le tram et faire la queue dans une administration ne m'enchantait guère. Afin de faire plaisir à ma petite Zam, nous l'avons toutefois fait et finalement... j'ai bien aimé cette petite virée trop courte à deux. C'est sûr, nous allons le refaire mais avec une halte à la terrasse d'un café cette fois !

Je me disais que j'habiterais bien cette ville la semaine histoire de profiter de tout ce qu'elle offre (ou juste pour humer l'atmosphère en déambulant dans les rues après le boulot comme je le faisais lorsque j'habitais à Paris Bastille) mais à la condition de pouvoir m'évader le WE. Mais ça, c'est une autre histoire. Pour l'instant, je n'ai même pas encore de boulot malgré un premier entretien extraordinaire qui m'a mis un patate d'enfer :-/ Je suis tombée sur un monsieur adorable qui, sans me connaître, n'a pas tari d'éloges concernant mon CV. Le petit hic est qu'il pense que le poste n'est pas à la hauteur de mon parcours (incroyable ! Je me pensais nulle et sans intérêt -d'où l'absence d'entretiens jusqu'à présent !- et voilà qu'on me dit un truc pareil ! Du coup, j'ai changé mon fusil d'épaule et je réponds à des annonces d'un niveau plus intéressant. Ne sait-on jamais !)

Revenons à nos moutons ! Nous nous sommes rendu dans un quartier de Strasbourg que j'apprécie particulièrement pour la beauté de son architecture et le nombre de détails à voir sur chaque bâtiment (je n'en ai toujours pas fait le tour et j'espère, un jour, pouvoir le visiter avec un historien de l'art passionné lui aussi par cette époque ou au moins un bon guide !). Loin des quartiers envahis de touristes tels que celui de la cathédrale ou la petite France, loin des colombages (que j'aime par ailleurs !), nous avons été du côté de la Neustadt puisque nous devions passer à la Préfecture pour récupérer un permis 2 roues.
Contrairement à la photo ci dessus, nous avions un magnifique ciel bleu sans nuages.

Pour tous ceux qui pourraient être tentés de nous plaindre face à la perspective d'avoir à nous rendre à la Préfecture, nous avons pu constater l'efficacité d'une organisation bien huilée. Nous sommes restées plus de temps à admirer l'intérieur du bâtiment qu'à attendre notre tour alors qu'il y avait un monde fou. Chapeau ! Petit bémol toutefois car j'imagine bien que selon leurs besoins, certains ont attendu bien plus longtemps que nous mais c'est simplement liée, je pense, au nombre de personnes qui venaient pour la même chose.

Je ne peux m'empêcher de mettre ici quelques photos du Strasbourg 1900... On ne me changera plus !!

La magnifique gare qui est aujourd'hui cachée par une espèce de soucoupe volante immonde et à l'aspect toujours sale
Le Palais impérial magnifique qui a failli disparaître en raison de la stupidité de certains

La place Kleber qui devrait toujours être ainsi mais qui ne ressemble plus à grand chose aujourd'hui
 
 
Pourquoi ces photos ? Simplement parce que je suis toujours désespérée en voyant la place Kleber telle qu'elle est aujourd'hui. Il y avait bien eu une timide tentative de mise en place d'arbres il y a quelques années mais dès le changement de municipalité, ils ont disparus... Il n'y a qu'à Noël que je la trouve acceptable lorsque des petits chalets et un sapin (parfois penché mais toujours très joli ! hihi) l'habillent un peu.
 
Même si nous n'avions pas trop de temps devant nous, nous avons fait une partie du chemin de retour vers la voiture à pied, juste pour le plaisir, avant de reprendre notre tram.
C'est amusant, je n'ai pas remis les pieds à Strasbourg depuis un moment, depuis la fin de mon précédent contrat en fait, mais j'ai immédiatement retrouvé mes automatismes. Je crois que je suis un peu une citadine quelque part au fond de moi, une citadine de la campagne... hihi !

samedi 30 mai 2015

"La foudre frappe, mais la pluie de l'orage fait fleurir les cerisiers"



"La foudre frappe, mais la pluie d'orage fait fleurir les cerisiers". C'est joli, non ? Mais ce n'est pas de moi. J'aurais aimé pouvoir écrire ceci toutefois.

On pourrait imaginer une pensée bouddhiste ou d'une quelconque méditation. Que nenni !

Langue au chat ?? Je vous laisse le choix du chat... ;-)


Eh bien cette jolie phrase est une phrase dite culte de.... "Fantomas contre Scotland Yard" ! Eh oui !!

Pourquoi ai-je souhaité partager cette citation aujourd'hui ? tout simplement parce que j'y ai repensé tout à l'heure en regardant mon pauvre cerisier dans mon jardin.
Il était couvert de fleurs au printemps, puis promettait quelques cerises... jusqu'à ce que l'orage passe avec son funeste cortège... de grêle :'-( Voilà que je me mets à la sauce Malraux ! Mais c'est de saison parait-il !! :-D
Adieu jolies cerises A l'année prochain, peut-être,... probablement,... certainement... J'y crois !

J'avoue que pour vous induire en erreur, j'ai volontairement choisi un image des cerisiers en fleurs du Japon. Je n'y ai jamais mis les pieds et ne les y mettrai probablement jamais (faute de finances) mais c'est quelque chose qui me laisse rêveuse. Dans ce pays qu'on dit ultra connecté, on sait encore s'arrêter et célébrer la beauté de la nature...

Cette phrase me ramène également à ma situation et, comme je viens de l'apprendre, à celle de ma petite sœur. Toutes les deux, nous nous sommes investies dans nos boulots respectifs bien qu'avec un niveau de sacrifice différent. Pour toutes les deux la roue a tourné et voilà toutes les deux contraintes de rechercher un nouveau job.
Ce n'est pas juste ! Mais à quoi bon pleurer sur notre triste sort.
Même si le moral joue parfois au yoyo, il faut s'accrocher et, j'en suis sûre, nous reverrons fleurir les cerisiers lors l'orage sera passé. Cette image ma plaît beaucoup et me fait me lever chaque matin avec l'espoir que ce jour est enfin arrivé.